ALERTES

La pêche à pied récréative peut être interdite de façon temporaire lorsqu'il est établi que la consommation des coquillages présente un risque sanitaire. C'est le cas en particulier lorsque les résultats de la surveillance sanitaire mettent en évidence une contamination microbiologique, une contamination par des phycotoxines (produites par des micro-algues toxiques) ou encore une contamination chimique.

Lorsque des incidents sont suspectés de rendre les coquillages impropres à la consommation (incidents sur les réseaux d’assainissement, pollution chimique accidentelle...), une interdiction temporaire de pêche peut également être prise, à titre préventif, dans l'attente de vérification d'une réelle contamination ou non.

Dans tous les cas de figure, les interdictions temporaires sont décidées par les autorités sanitaires compétentes (commune ou préfecture) et émises sous la forme d'arrêtés municipaux ou préfectoraux.

L'Ifremer et l'ARS ont un rôle d'information et de conseil auprès des administrations de façon à ce que l'autorité compétente puisse prendre les mesures adaptées pour la protection de la santé des consommateurs.

 

Accédez directement aux interdictions temporaires de pêche à pied en cours dans votre département en cliquant sur le lien correspondant :

→ Ille-et-Vilaine

→ Côtes-d'Armor

→ Finistère

→ Morbihan

***

En Ille-et-Vilaine :

 

→ Il existe également des interdictions permanentes en Ille-et-Vilaine pour raison sanitaire ICI

 

 

En Côtes-d'Armor :

 

 

 → Il existe également des interdictions permanentes en Côtes-d'Armor pour raison sanitaire ICI

 

En Finistère :

- Arrêté préfectoral du 1er mars 2018 portant interdiction de ramassage de MOULES à la RIVIERE DU FAOU, ANSE DE KEROULLE, RIVIERE DE L'HOPITAL-CAMFROUT, RIVIERE DE L'AULNE et SILLON DES ANGLAIS et portant interdiction de TOUS LES COQUILLAGES à LANDEVENNEC dans la zone de l'estran allant des ruines de l'Abbaye de Landévennec à la digue de Port Maria

- Arrêté municipal à L'HOPITAL-CAMFROUT du 18 mars 2016 portant interdiction de ramassage de coquillages sur le site de Troaon

La préfecture du Finistère maintient à jour une carte de synthèse sur les fermetures temporaires : http://www.finistere.gouv.fr/Politiques-publiques/Mer-littoral-et-securite-maritime/Peche-des-coquillages/Interdiction-temporaire-de-peche-de-coquillages

 

  → Il existe également des interdictions permanentes dans le Finistère pour raison sanitaire ICI

 

 En Morbihan

En raison de la contamination de coquillages par des toxines lipophiles phytoplanctoniques, (phytoplanctons naturels se développant dans des conditions météorologiques favorables), une interdiction de pêche, du ramassage, du transport, de la purification, de l’expédition, du stockage, de la distribution, de la commercialisation et de la mise à la consommation humaine de tous les coquillages a été prononcée le 14 juin 2018 par le préfet du Morbihan pour les zones suivantes :

- Ile de Groix (zones de parcs et bande côtière)

- la bande côtière entre la Laïta et la rade de Port-Louis

- la bande côtière entre la rade de Port-Louis et la rivière d’Etel

- l’estuaire de La Vilaine (le Maresclé – Côte de la Mine d’Or).

Par arrêté préfectoral du 7 juin 2018 qui reste en vigueur, le ramassage des coquillages pour présence de toxines lipophiles est interdit sauf pour les palourdes et les coques sur le secteur de la baie de Vilaine (AMBON, BILLIERS, Nord PENESTIN) et pour tous les coquillages sur DAMGAN et la rivière de BILLIERS.

La préfecture du Morbihan maintient à jour une carte des fermetures temporaires : ICI

→ Il existe également des interdictions permanentes dans le Morbihan pour raison sanitaire.

 

***

"Toutes les décisions administratives ne sont pas systématiquement mises en ligne sur internet. Les informations administratives contenues dans ce site, sont mises en ligne en fonction des données transmises par les administrations compétentes (services préfectoraux ou mairies). L'Ifremer et l'ARS ne peuvent ainsi nullement en garantir l'exhaustivité ou leur mise à jour. Il vous appartient donc de vous rapprocher des administrations compétentes afin de vous informer sur l'existence de toutes éventuelles restrictions à la pêche à pied dans votre région. L'Ifremer et/ou l'ARS ne pourront en aucun cas être tenus responsables."